Histoire du Barreau de MELUN

En 1956, l'agglomération de Melun compte 30 000 habitants, 5 avoués, 1 avocat (Gilles ROSENFELD), puis 2 avocats (avec Alain KSENTINE).

Les avoués ont le monopole de la procédure. Ils font alliance avec les magistrats. Ils s'ouvrent difficilement à l'avocat.

Les jeunes avocats s'organisent donc en se rassemblant. Ils créent un Barreau départemental, regroupant MEAUX et FONTAINEBLEAU.

Le premier Batônnier sera bellifontain: Jean SCHWAB, mais le Barreau de MELUN s'étoffe avec Jean RAFFARD, Alice GAUTIER notamment.

MELUN se sépare de MEAUX et de FONTAINEBLEAU et élit son premier Batônnier, Gilles ROSENFELD auquel Alain KSENTINE succèdera.

La rivalité avec les avoués est âpre.

La loi évolue, les avocats gagnent la première étape et obtiennent le monopole de la plaidoirie au pénal. Ils accèdent plus difficilement et plus tard au droit de plaider au civil.

En 1972 les avoués plaidants deviennent avocats.

Le Barreau est donc brusquement élargi et compte alors 21 hommes et 3 femmes.

En 1992 les conseils juridiques deviennent à leur tour avocats.

A nouveau la physionomie du Barreau change.

Il compte alors 68 avocats, dont 27 femmes.

En 2013 le Barreau compte 130 avocats dont 85 femmes.

En 2017 le Barreau compte 141 avocats dont 89 femmes